• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • HOMMAGE A IRMA PONTI

    IRMA p

    C’est avec une grande émotion que je m’adresse à vous, dans cette église où parents et amis sont rassemblés pour rendre un dernier hommage à Madame Catherine PONTI, que tous, nous appelions, Irma.

    Irma était native de l’Isère mais c’est à Ribiers qu’elle a grandi avec toute sa famille.

    C’était une femme courageuse et téméraire à qui le travail ne faisait pas peur et qui ne s’est jamais départie de cette joie de vivre qui la caractérisait.

    Lorsqu’elle épouse Maurice en 1966, Irma le rejoint au sein du Quadrille Sisteronais Fanfare du Boumas où ils seront 1er danseur et 1ère danseuse.

    Membre assidue, on pouvait compter sur son dynamisme et sa spontanéité.

    Si la maladie l’a écartée de la danse, ses enfants ont pris la relève, mais on pouvait toujours compter sur son aide, solide et efficace.

    Irma a travaillé dans le privé avant d’être recrutée en tant qu’agent d’entretien puis agent d’accueil au standard de la mairie ; souriante et très professionnelle, c’était une employée communale très appréciée.

    Elle prend sa retraite en 2005 et, malheureusement, a la douleur de perdre son mari, moins d’un an plus tard.

    Très éprouvée, elle surmonte cette épreuve dignement en famille et avec le soutien de son entourage proche.

    Elle devra en affronter une autre, l’année dernière : celle de la disparition de son neveu, Christian, qui l’a beaucoup déstabilisée.

    Mais Irma était une femme remarquable qui restera un exemple pour tous ceux qui l’ont connue.

    Dotée d’un tempérament qui lui a donné la force de vivre avec la maladie, entourée de ses enfants et petits-enfants, et de ses fidèles amis de toujours.

    Des amis qui répondent présent chaque fois qu’elle les sollicitera ; avec eux, elle fera des repas, des voyages, assistera à beaucoup d’événements ; jamais elle ne s’est enfermée dans l’isolement où la sclérose en plaques aurait pu la conduire. Toujours partante !

    D’ailleurs, le 27 juillet, à la Fête du Thor, nous avons partagé l’aïoli et pu parler longuement ensemble en passant un agréable moment ; rien ne laissait présager que nous nous retrouverions ici, aujourd’hui.

     IRMA, nous avons été en admiration devant toi, devant ta volonté et ton courage et toujours conquis par ton regard malicieux et ton sourire, si naturel et sincère.

    Tu avais un mot gentil pour chacun et de l’empathie pour tous, reléguant ta maladie au second plan.

    Tes enfants, Sandrine et Nicolas et tes petits-enfants, Martin, Gauthier, Hugo et Lily, peuvent être fiers de leur maman et grand-mère.

    IRMA, c’est un grand vide que tu laisses dans nos cœurs, mais nous garderons de toi cette gaîté et cette force dont tu as fait preuve chaque jour.

    A tes enfants, à tes petits-enfants, à ton frère, à tes sœurs, à toute ta famille, et à tes amis fidèles, j’adresse mes plus sincères condoléances.

     Repose en paix, chère Irma.

    Daniel Spagnou

    Les commentaires sont fermés.