• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • 50ème ANNIVERSAIRE DU CESSEZ-LE-FEU

    ceremonie-du-19-mars-1962-009.JPG

    Lundi 19 mars, ils étaient nombreux au Monument aux Morts où les Associations Patriotiques sisteronaises et leurs drapeaux, en présence des représentants de la Police Municipale, de la Gendarmerie Nationale, pour célébrer le 50ème Anniversaire du Cessez-le-Feu des combats en Algérie, Tunisie et au Maroc.Dans une brève allocution, le Premier Magistrat de la ville déclarait : « que les familles qui ont perdu un être cher, reçoivent notre soutien et notre respect, et qu’elles sachent que nous aurons toujours présent à l’esprit leur courage. Bien d’autres de nos concitoyens, depuis, hélas, sont tombés dans des combats bien loin du territoire national et comme nos jeunes soldats d’Algérie nous avons envers eux le même devoir qu’envers les victimes de guerres plus lointaines dans le temps. Contre la distance comme contre les années, nous cultiverons le souvenir des uns comme des autres, unis dans le même respect et la même affection. Nous ne savons que trop, qu’il ne nous appartient pas au niveau individuel, d’infléchir le courant de l’histoire. Les guerres se déclarent, se livrent, se gagnent ou se perdent, à l’insu de ceux que l’on y jette mais tous nos compatriotes ont donné à chaque fois le meilleur d’eux-mêmes pour que l’issue soit une aspiration de vivre en paix. Chacun de nous doit méditer sur ces sacrifices et ces exemples. Nos morts n’ont pas seulement fait notre histoire, nous devons évoquer leur souvenir pour guider nos actions. Jamais plus ! C’est le cri spontané de tout peuple qui a connu la guerre.C‘est aussi la prière des familles qui ont vu partir l’un des leurs. Jamais plus ! Et pourtant la paix sera toujours fragile tant que régnera dans le monde la haine, le mépris, la cupidité, le meurtre organisé, le manque de dialogue, l’ignorance et le repli sur soi, et ce, qu’elle que soit sa forme, quel qu’en soit le lieu. Pour rester fidèle à la mémoire de ceux que nous commémorons aujourd’hui, notre idéal doit être un idéal de paix et non de rivalités. Un devoir de mémoire, de vérités et de réconciliation qui permet aux hommes à se projeter dans l’avenir sans nier le passé. Telle est aussi la valeur de ce 50ème anniversaire que Sisteron se devait de souligner par cette cérémonie ». A l’occasion de cette cérémonie solennelle, Monsieur MOLINA a reçu la Médaille des Anciens Combattants d’Algérie.  mardi 20 mars 2012

    Les commentaires sont fermés.