• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • « UNE POMME POUR LA RECREE » DANS LES ECOLES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU SISTERONAIS

    operation-pommes-a-la-recree-vaumeilh-005.JPG

    La Communauté

    de Communes du Sisteronais renouvelle cette année encore, l’opération « Une pomme pour la récrée » et c’est à l’école de Vaumeilh, en présence du Maire de Sisteron Daniel SPAGNOU, de Madame le Maire de Vaumeilh, Elisabeth COLOMBON,  de Robert GAY, Maire de Mison des instituteurs de l’école de Vaumeilh et des enfants, que devait débuter cette distribution symbolique. Un programme qui consiste en une distribution, une fois par semaine, de fruits produits localement par des arboriculteurs engagés avec une charte de traitements raisonnés.  La Communauté de Communes du Sisteronais adhère à la proposition défendue par Commission Européenne qui prône la distribution de fruits et légumes frais dans les écoles, et veut montrer ainsi sa ferme volonté de défendre la santé des enfants, tout en participant au développement économique et en apportant son soutien aux producteurs locaux. Une action qui rentre dans le cadre de la « stratégie européenne pour les problèmes de santé liés à la nutrition, la surcharge pondérale et l’obésité ». Pour approfondir cette démarche, les enseignants animeront des ateliers pédagogiques afin d’expliquer l’intérêt d’une consommation régulière de fruits. Pour les maternelles un matériel de découpe à été acheté pour faciliter le travail des assistantes maternelles. D’autre part, une fois par trimestre, c’est du jus de pommes que pourront déguster les enfants (sans conservateur ni sucre ajoutés). 8 écoles maternelles, comprenant 17 classes et 7 écoles élémentaires, pour 24 classes, soit  plus de 900 enfants des communes de Sisteron, Mison, Authon, Entrepierres, Saint-Geniez, Valernes, et Vaumeilh, qui bénéficient une nouvelle fois de cette distribution. Eduquer les enfants à de bonnes habitudes alimentaires est un défi majeur et le milieu scolaire, parce qu’il touche les enfants de toutes les catégories socioprofessionnelles, doit être privilégié.  

    Les commentaires sont fermés.