• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • LA MOBILISATION PUBLIQUE DEPARTEMENTALE POUR L’EMPLOI DES JEUNES

    con-presse-prefecture-emploi-des-jeunes-005.JPG

    vendredi 23 novembre, en Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Michel PAPAUD, Préfet, 

     organisait une conférence de presse pour présenter, les modalités de mobilisation de ces différents dispositifs d’accompagnement vers l’emploi et notamment les Emplois d’avenir, en présence de Daniel SPAGNOU, Président de l’Association des maires du 04 ; Gilbert SAUVAN, Président du Conseil général et Député ; Christophe CASTANER, Député et Rapporteur spécial des budgets du travail et de l’emploi ; Jean-Yves ROUX, Vice-président du Conseil régional ; Stéphan JULES, Directeur territorial de Pôle emploi ; Michel GRAMBERT, Président de la Mission locale ; Jean-Pierre ROUX,  Directeur de l’Unité territoriale de la Direction régionale en charge du travail et de l’emploi (UT Direccte) et Jean DELIMARD, Directeur de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations. La situation économique et sociale que nous connaissons, expose les jeunes bas-alpins au chômage, particulièrement en cette fin d’année 2012. L‘accompagnement de ces jeunes vers l’emploi constitue une priorité de l’Etat, du Conseil régional, du Conseil général et des collectivités territoriales du département. Ces collectivités publiques s’attachent à mobiliser au mieux l’ensemble des dispositifs mis à leur disposition afin de tenter de trouver un parcours adapté à chaque situation.Il faut constater que dans les Alpes de Haute Provence, les jeunes actifs sont plus exposés, on décompte prés de 8.000 jeunes actifs (salariés et demandeurs d’emploi) pour une population des 15-24 ans de 17.000 personnes, la plupart des inactifs de cette classe d’âge se trouvant en cours d’étude. Le nombre de demandeurs d’emploi de cette tranche d’âge s’élève à prés de 2000 en données corrigées des variations saisonnières (1967 au 30 septembre). Ceci porte le nombre d’actif rapporté à la population totale des 15-24 ans à 47,3 %. Le taux d’activité est supérieur à celui constaté en région PACA (42 %). Le taux d’emploi des jeunes de 15 à 24 ans s’élève à 36 % contre 31% en région PACA. Ce qui signifie que la proportion déjeunes poursuivants des études est moins importante qu’en région PACA. En conséquence, un taux de chômage des jeunes qui demeure élevé. C’est ainsi, qu’au niveau national : L’Etat, dans le cadre des politiques de l’emploi, a la responsabilité de mener a bien le programme emploi d’avenir et d’en assurer la maitrise d’ouvrage , avec tous les acteurs impliqués dans sa réussite. Au niveau régional ; L’Etat et la Région arrêteront un schéma d’orientation régional de déploiement des emplois d’avenir, qui fixera les secteurs d’activité éligibles au sein des secteurs repérés « à fort potentiel d’emplois ». Ils constitueront une instance commune stratégique qui assurera le déploiement des emplois d’avenir en région PACA et au niveau départemental : La commission « Emploi d’Avenir » du Service Public pour l’Emploi Départemental (SPED) présidée par le Préfet des Alpes-de-Haute-Provence assurera le pilotage des plans de prospection des employeurs potentiels, la détermination, le suivi et l’évaluation des objectifs tant quantitatifs que qualitatifs permettant ainsi de proposer les ajustements nécessaires concernant les choix locaux d’orientation sur les filières et les métiers et de procéder aux régulations. Elle comprendra : L’unité territoriale de la DIRECCTE, la Mission locale, Pôle Emploi, Cap emploi. Elle associera également le Conseil général, le Conseil régional et pourra être élargi aux autres services de l’Etat (la DDSCPP, l’ARS, la Culture …), aux représentants des autres collectivités territoriales, ainsi que ceux de l’ESS, aux OPCA, aux branches professionnelles, aux syndicats d’employeurs (UDE, UPA). Les élus, par leurs institutions, et les Services Publics pour l’Emploi Local (SPEL) pourront avoir un rôle de relais sur les territoires.Concrètement le plan d’accompagnement des jeunes vers l’emploi s’articule à la fois sur l’accueil des jeunes via la Mission Locale et Pôle emploi et toute une série de programmes d’accompagnement vers l’emploi, dont :Le CIVIS : Le Contrat d’insertion dans la vie sociale (CIVIS) permet aux 16 –25 ans rencontrant des difficultés d’insertion de bénéficier d’un accompagnement renforcé vers l’emploi. Cette mesure mise en œuvre par la mission locale vise l’orientation, la qualification ou l’acquisition d’une expérience professionnelle.Le PPAE : Le demandeur d’emploi est orienté et accompagné dans sa recherche d’emploi par la mission locale. Cet accompagnement se concrétise par l’établissement d’un projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE) qui détermine les offres raisonnables d’emploi lui correspondant.              – Le dispositif ANI: L’accord national interprofessionnel du 11 juillet 2011 relatif à l’accompagnement des jeunes pour favoriser leur maintien dans l’emploi, concerne les jeunes sorties du système scolaire sans diplôme qui bénéficient d’un accompagnement sur 18 mois en 3 temps : diagnostic, accompagnement professionnel et accompagnement dans l’emploi.– Le parrainage jeune : Le réseau de parrainage géré par la Mission Locale met en relation des jeunes de 16-25 ans rencontrant des difficultés pour accéder à un emploi, avec des femmes et des hommes, retraités ou en activité, qui les conseillent, les soutiennent, les guident et les préparent dans leurs démarches.Le service civique : Le service civique, s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans accomplissant une mission d’intérêt général dans des domaines reconnus prioritaires pour l’Etat : solidarité, santé, éducation pour tous, culture et loisirs, sport, environnement, citoyenneté, action humanitaire, urgence,… Ce volontariat assure au jeune une expérience professionnelle qui peut être considéré comme le premier pas vers une insertion professionnelle durable. Dans le département, 73 jeunes volontaires assurent ces missions d’intérêt général dans 27 structures différentes. Le Contrat Unique d’Insertion (CUI) : il est ouvert aux jeunes qui rencontrent des difficultés d’accès à l’emploi. Le contrat unique d’insertion (CUI) comprend des actions de formation qui permettent aux jeunes d’accéder à un emploi pérenne. Il se décline en deux catégories : le contrat initiative emploi (CUI-CIE) concerne des emplois dans le secteur marchand et le contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) destiné au secteur non marchand, public ou associatif. L’enveloppe 2012 de notre département s’élève à 1 215 CAE et à 110 CIE pour l’ensemble des publics. A ce jour, 139 CAE et 10 CIE ont été signés par des jeunes de moins de 26ans.     – L’Insertion par l’Activité Economique : Les jeunes ont accès aux chantiers d’insertion par l’intermédiaire des contrats d’accès à l’emploi (CAE : voir ci-dessus) ; mais aussi par des mises à dispositions auprès d’association ou d’entreprises via les Associations Intermédiaires et d’Entreprises de Travail Temporaire d’Insertion. En 2011,213 jeunes ont réalisés des étapes d’insertion vers l’emploi.Les contrats aidés de type CIE-CAE constituent un premier pas vers l’emploi mais ne permettent pas d’offrir des emplois durables. Accéder à un emploi stable suppose que les jeunes en situation d’être employé suivent des formations adaptées. Plusieurs voies leurs sont ouvertes :Les contrats d’alternance : il s’agit du contrat d’apprentissage et du contrat de professionnalisation. Ces contrats s’adressent notamment à des jeunes de 16 à 25 ans et sont fondés sur l’articulation entre des périodes d’acquisition de savoir-faire en entreprise et des périodes de formation théorique dispensées en Centres de Formation d’Apprentis (CFA) ou par des organismes de formation professionnelle. En 2011, ce sont prés de 1200 jeunes qui ont conclu un contrat en alternance. – Les emplois d’avenir : Les Emplois d’avenir permettent aux 16 à 25 ans, peu ou pas qualifiés, d’entrer dans la vie professionnelle par un contrat signé pour 3 ans. Cet engagement a pour objet de déboucher sur un emploi stable. L’aide de l’Etat sur les emplois d’avenir est ainsi attribuée au vu des engagements de l’employeur sur : le contenu du poste, le tutorat, la qualification et les compétences dont l’acquisition est visée pendant la période de l’emploi d’avenir, les possibilités de pérennisation des activités et les dispositions de nature à assurer la professionnalisation des emplois. Les actions de formation privilégieront l’acquisition des compétences de base et de compétences transférables. Les Emplois d’avenir, ce sont 250 emplois créés par l’Etat dans les Alpes-de-Haute-Provence sur les 7.744 en région PACA (3.2%) (principalement dans les secteurs publics, associatifs, et sur des activités d’utilité sociale ou environnementale, ou susceptibles d’offrir des perspectives de développement durable). La signature des premiers contrats d’avenir interviendra dès novembre 2012.– Le contrat de génération : vise à la fois à favoriser l’accès des jeunes à l’emploi, à maintenir les seniors en emploi et assure la transmission des savoirs entre les générations. La signature des premiers contrats de génération est programmée pour le début de l’année 2013. Le dispositif prévoit également la possibilité de conclure un contrat entre le jeune et un chef d’entreprise senior qui pourra être utilisé afin de préparer une éventuelle transmission de l’entreprise. Cette possibilité peut se révéler particulièrement adaptée dans le département ou le tissu des PME et petites exploitations agricoles est dense.Daniel SPAGNOU, devait en sa qualité de Président des Maires du département, assurer que l’ensemble des Maires seront mobilisés pour faire en sorte que le plan d’accompagnement des jeunes vers l’emploi soit synonyme de succès.

    Les commentaires sont fermés.