• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • 40ème ANNIVERSAIRE DU JUMELAGE FRANCO/ALLEMAND AVEC HERBOLZHEIM

    Herbolzhiem

    Samedi 28 mai au complexe des Marres, a eu lieu la cérémonie officielle marquant le début des festivités célébrant le 40ème anniversaire du jumelage entre la ville de Sisteron et Herbolzheim, au Complexe des Marres.  Une cérémonie à laquelle assistaient de nombreux membres des comité de jumelage des deux villes et présidée par M. Spagnou Maire de Sisteron, M. Ernst Schilling Maire d’Herbolzheim, Mme Françoise Sadoch et M. Hans-Peter Bauman, respectivement présidente et président des comités de jumelage français et allemand.

    « Dans un monde où avec un simple smartphone, la Terre entière devient un village, trop de personnes oublient qu’il existe aussi des relations de proximité qu’il faut absolument protéger. Le rôle d’une commune, c’est aussi de favoriser le contact entre ses habitants. A travers les écoles, les associations sportives, les associations culturelles, les fêtes et les jumelages ! Voilà désormais 40 ans que le nôtre a débuté. Nos villes sont, pour ainsi dire, des sœurs jumelles, toujours aussi jeunes d’esprit et animée de la même volonté d’aller de l’avant. »

    C’est par ces mots que le maire de Sisteron accueillait ses hôtes, avant de rappeler qu’il plaçait ce 40ème anniversaire sous le signe de l’espérance, faisant référence à 40 années de mariage symbolisées en France par les noces d’émeraude, représentée par la couleur verte : celle de l’espoir donc. Avant de poursuivre : « notre mariage date de 1975. A l’époque, deux esprits avant-gardistes, Georgette Saury et Walter Roser, ont convaincu les maires de nos deux villes qu’il fallait initier ce jumelage.

    Dès la signature de la charte, des échanges scolaires étaient mis en place notamment sous la houlette de Monsieur Decaroli, de Madame Saury qui occupait le poste de proviseur du lycée de Sisteron, et de Monsieur Maffren. Je veux citer aussi : Jean Queyrel, Gérard Chaillan et Georges Feid – le seul à parler allemand à l’époque – membres de la première heure avec Henri Decaroli. C’est en 1977 que s’est créée l’association du Comité de jumelage d’Herbolzheim à Sisteron avec Mme Saury et le Docteur Castel qui en occupera d’ailleurs la présidence pendant les premières années. Et, puisque nous rendons hommage aux membres fondateurs, je ne peux passer sous silence le travail accompli aussi par Claude Bremond, par Sylvie Pouzadoux ou encore Jean-François Lecomte, prédécesseurs de l’actuelle présidente du comité, Martine Sadoch. »

    Il rendait hommage ensuite à son homologue allemand ainsi qu’au comité de jumelage d’Herbolzheim pour tout ce qu’ils ont accompli aussi de leur côté et ensemble et d’ajouter :

    « les décennies passent, enrichissant toujours plus nos comités de cette culture franco-allemande qui nous tient tant à cœur et qui se veut, à son niveau, partie prenante du développement de l’Europe. Une pierre à cet édifice qui, je le reconnais, n’est pas chose facile à construire et qui a besoin de chacun de nous. On le voit bien, asseoir l’entente entre les peuples de l’Union Européenne est une tâche de longue haleine, qui passe par une législation, une politique économique et une vision communes pour l’avenir. Agir ensemble sans perdre son identité, ouvrir ses frontières tout en gardant son intégrité et assurer la sécurité des populations dans le contexte actuel reste un défi que les états doivent relever.

    Sans compter les épreuves nouvelles auxquelles nous devons faire face, notamment avec l’arrivée en masse d’émigrés qui fuient la guerre et la pauvreté.

    La « maison Europe » voit ses fondations mises à mal et doit se serrer les coudes. »

    Daniel Spagnou conclurait son allocution en empruntant un passage du magnifique discours de Victor Hugo qui, lors du Congrès de la Paix en 1849, déclarait :

    « Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne ! »

    Les commentaires sont fermés.