• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • HOMMAGE A JEAN CAMINADE

    JEAN CAMINADE presse

    Jean Caminade s’est éteint doucement, entouré des siens et de celle qui était à ses côtés depuis trente ans.

    C’est une figure locale, une personne de grande qualité qui nous quitte et la Ville de Sisteron est triste.

    Les événements qui ont jalonné sa vie ont aussi guidé sa destinée, bien loin des études dans les arts et métiers auxquelles il se destinait.

    Il a d’abord été un très jeune résistant, porteur de messages sur son vélo, pour le maquis de Dordogne, qu’il a dû fuir, car il était recherché par la Gestapo. A 17 ans, il s’engage dans l’armée et part pour l’Algérie puis l’Indochine. Il est rapatrié en France après une grave blessure avant de repartir pour le Maroc où il reçoit un « Dahir de satisfaction » de sa Majesté le Roi.

    Jean Caminade a été décoré de la Croix de Guerre des théâtres d’opérations extérieures à 24 ans et, à 31 ans, de la Médaille Militaire.

    Jean Caminade a participé au lancement de la fusée « Diamant », devenue Ariane, en Algérie et, en sa qualité de responsable de la sécurité, il a été le guide de Pierre Sabbagh pour l’émission télévisée : « 5 colonnes à la Une ».

    En Allemagne, il sera le 3ème Officier à accueillir dans le plus grand secret, le 29 mai 1968, le Général De Gaulle.

    Sa carrière militaire se termine à la Direction de la Sécurité Militaire. Il sera ensuite directeur du personnel au sein de la Société Peugeot et de deux magasins « Le Printemps ».

    Après une vie professionnelle intense qui lui a demandé de nombreux déplacements, il décide de se poser et choisit Sisteron.

    A 57 ans, il prend la direction de l’Union Patronale des Alpes du Sud, implantée à Sisteron et c’est là que j’ai rencontré pour la première fois Jean Caminade qui deviendra, trois ans plus tard, directeur d’Alpes Sud Développement, présidée par le Sénateur Marcel Lesbros.

    Et durant ces années, nous nous retrouverons souvent, car nous avons la même passion : servir la collectivité et je n’oublie pas qu’il est à l’origine avec Bernard RIBAULT du Parc d’Activités de Sisteron, fort aujourd’hui, de 1.200 emplois.

    Lorsqu’il prend sa retraite en 1995, il est nommé Commissaire pour l’Emploi par le Préfet et, à 70 ans, il devient Commissaire Enquêteur auprès du Tribunal administratif.

    Chevalier de la Légion d’Honneur, Chevalier de l’Ordre National du Mérite, Jean Caminade était un homme droit, un homme d’engagement, un homme d’honneur, quelles que soient les missions dont il était investi ; un homme attachant dont les compétences n’avaient d’égales que les valeurs auxquels il était attaché et qu’il défendait.

    Jean Caminade était un patriote, un gaulliste de la première heure, attaché à notre République, attaché à notre drapeau tricolore.

    D’ailleurs, la Nation le lui a bien rendu par les nombreuses distinctions qu’il a reçues dans sa vie, mais il tenait particulièrement à la Médaille Militaire et à la Légion d’Honneur.

    A ses deux enfants, Patrick et Dominique, à ses petits-enfants, je dis qu’ils peuvent être très fiers de leur père et grand-père,

    A Colette, sa compagne – ma Conseillère Municipale – admirative de cet homme à la fois très humain et si charismatique, j’adresse tout mon soutien ; elle qui a contribué tout au long de ces années à son bonheur et a été à ses côtés, jour et nuit, pour essayer d’adoucir la fin d’une vie riche de rencontres et d’expériences.

    Je vous adresse, au nom des Sisteronais et en mon nom personnel, mes plus sincères condoléances et je salue cet homme de conviction que nous n’oublierons pas, ni les combats qu’il a menés tout au long de son existence.

    Monsieur Caminade, reposez désormais en paix.

    Les commentaires sont fermés.