• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • THIERRY MARIANI LANCE LA CAMPAGNE A SISTERON

    point-presse-thierry-mariani-014.jpg

    Le sémillant député UMP du Vaucluse, ex-Maire de Valréas, vice-président de la délégation de l’Assemblée nationale pour l’Union Européenne, représentant spécial de la France pour l’Afghanistan et surtout tête de liste aux élections régionales en PACA, était mardi dernier à Sisteron pour lancer devant la presse et ses amis, sa campagne dans les Alpes de Haute Provence.

    Accueilli par Daniel SPAGNOU, Député Maire de Sisteron et par Eliane BARREILLE, Conseillère Régionale sortante, qui conduira la liste sur le 04, Thierry MARIANI a pu aussi compter sur la présence de Bernard DEFLESSELLE Député des Bouches du Rhône et Président du groupe UMP à la Région, des cadres et du Président de l’UMP04 et de nombreux élus, le Maire de Manosque et les Conseillers Généraux de Sisteron, Saint André les Alpes et des Mées.

    Thierry MARIANI rappelant que sa campagne sera à l’image de la future gouvernance qu’il veut instaurer à la Région, n’a pas caché sa volonté de renouer avec la proximité- valeur perdue par le président Vauzelle- afin de répondre efficacement aux préoccupations de la population, – « à l’instar de Jean-Claude GAUDIN » dixit Daniel SPAGNOU.

    Insistant sur le caractère uni de sa liste avec toutes les composantes représentées (Gauche Moderne, progressistes, Nouveau Centre, Parti Radical, démocrates chrétiens, MPF, CPNT et UMP), il se différenciait d’une gauche qui se présente en rangs dispersés qui aura bien du mal à se retrouver sur un programme commun. « D’ailleurs, sur les dossiers comme le barreau autoroutier de Digne les Bains, de la A51 entre Sisteron et Grenoble, sur la Ligne à Grande Vitesse de PACA, l’inertie de la Région n’a pu masquer l’impossible position commune entre les verts farouchement opposés, les communistes avec un avis diamétralement différent et les socialistes attentistes. L’échec de Michel VAUZELLE, c’est aussi ceux là avec une Région aux abonnés absents sur les dossiers structurants voire en blocage et opposition systématique avec l’Etat notamment pour les pôles de compétitivités » devait rajouter le député vauclusien.

    Pour Thierry MARIANI, la région Provence Alpes Cote d’Azur a besoin d’être partenaire de l’Etat et non « concurrente » comme le fait le Président sortant, pour des raisons purement politiciennes.

    Il entend privilégier deux thématiques fortes dans les deux prochains mois de campagne et se placer exclusivement sur les problèmes et dossiers qui concernent la région PACA, avec l’emploi et la sécurité, « encore deux problèmes majeurs pour lesquels le Conseil Régional a gravement failli ces douze dernières années, par manque de vision globale et stratégique, vivant sur ses acquis ».

    Autre manifestation d’incompétence à ses yeux, la politique des transports et l’échec des TER empruntés quotidiennement par 100 000 voyageurs pour une région de 5 millions d’habitants et ce pour cause de tarifs trop chers, un service chaotique et des lignes inadaptées. « Sitôt élus, nous entrerons en contact avec les responsables de la SNCF pour établir un schéma cohérent et efficace des transports ferroviaires ».

    Résolument offensif, Thierry MARIANI n’a ainsi pas caché sa volonté de créer la surprise en battant un adversaire – M.VAUZELLE- certes difficile mais « qui n’a été élu à la tête de la Région à deux reprises que grâce au maintien du Front National ». Là est bien le paradoxe d’une région qui a voté à plus de 60 % pour Nicolas SARKOZY en 2007.

    Les commentaires sont fermés.