• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • LE DEPUTE SPAGNOU ENTEND PESER POUR QUE NICOLAS SARKOZY SOIT REELU EN 2012

    rentree-du-depute-008.JPG

    Daniel Spagnou s’est prêté à ce rendez-vous qu’il affectionne, celui de sa rentrée devant la presse, sans doute  pour la dernière fois en tant que député puisqu’il a rappelé qu’il ne briguera plus le mandat de député en 2012, tout donnant rendez-vous aux Sisteronais en 2014 pour les Municipales. Une réponse aux propos et tracts du PS départemental qu’il juge provocateurs, déplacés et peu élégants, leur opposant une note d’humour « Vauban a fait en sorte la citadelle soit imprenable ».   Le député Maire de Sisteron en a profiter pour dévoiler son état d’esprit, « celui de toujours regarder devant même si j’ai décidé de ne pas me représenter aux prochaines législatives ». Déterminé à faire d’abord gagner Nicolas Sarkozy en 2012 arguant que face au contexte actuel qui voit le monde se transformer comme jamais, il faut un vrai capitaine aux commandes du bateau France. Daniel Spagnou entend donc prendre toute sa place dans les prochaines échéances et soutenir activement le candidat qui sera investi par l’UMP pour lui succéder sur la 2ème circonscription des Alpes de Haute Provence– ne cachant pas sa préférence pour le jeune et talentueux maire de Corbières Jean-Claude Castel,  Revenant sur le travail accompli en a peine plus de quatre ans qu’il juge colossal, Daniel Spagnou s’est félicité des reformes que personne ne voulait faire depuis trente ans « remettant ainsi notre pays sur les bons rails afin qu’il soit non seulement l’un des premiers à sortir de cette crise mais aussi pour que la France soit respectée et entendue sur la scène internationale ». la place de la France et par extension celle de l’Europe dans les rapports internationaux étant pour Daniel Spagnou le thème central de la prochaine présidentielle pour faire valoir les politiques économiques et sociale nécessaire face au « nouveau monde en construction » . Face aux inquiétudes des Français, il défend en priorité les réponses face a cette crise « les francais savent que le prochain Président de la République aura la dure tache de tenir la barre en pleine tempête et que des décisions difficiles viendront ». Pour que les Français adhèrent, il attend un projet de sursaut national a la fois juste, réaliste et ambitieux, pas de fuite en avant, ni de faux semblants. Sur la question de la dette qui sera au coeur du débat présidentiel, il avance que la situation n’autorise aucun laxisme s’inquiétant des contradictions du Parti Socialiste sur les modalités de réduction des déficits, dangereuses de son point de vue et peu crédibles. Par ailleurs, il mettait en avant la discipline budgétaire du gouvernement « qui ne date pas d’aujourd’hui, et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la crédibilité de la France reste forte au regard des investisseurs » avec la révision générale des politiques publiques de l’Etat qui a permis de générer 15 milliards d’euros d’économies, de dimimuer de 150.000 le nombre de fonctionnaires et de geler les dépenses de l’Etat, les collectivités locales étant quant à elles invitées à faire aussi preuve d’orthodoxie financiere. D’autre part, « avec la réforme des retraites nous avons sauvé notre modèle social de la faillite. La volonté du parti socialiste de retablir l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans, serait catastrophique » rajoutait Daniel Spagnou.  Revenant sur la situation dans la département, il dit croire en l’avenir des Alpes de Haute Provence pleines de ressources se calquant sur l’ambition qu’il dit n’avoir eu de cesse de faire partager depuis près de 10 ans. « Ce n’est pas un hasard si notre département est de ceux qui résistent le mieux a la crise et qu’il reste aussi l’un des plus entreprenant de France ». Daniel Spagnou revenait enfin sur les dossiers locaux comme celui du loup, les difficultés de l’arboriculture, la réforme de l’intercommunalité, la A51 et les aides exceptionnelles de l’Etat pour le département au titre de la solidarité nationale avec près de 6 millions d’euros, pour montrer combien la question de la ruralité reste pour lui vitale pour l’avenir. Il rencontrera dans quelques jours Jean-François Copé afin de faire valoir les enjeux liés au monde rural et notamment la mobilité dans le projet que défendra Nicolas Sarkozy devant les français. Gageons que Daniel Spagnou saura défendre des idées nourries dans les Hautes Terres provençales, montrant aussi toute sa volonté et l’énergie qu’il entend mettre encore au service de ses concitoyens. 

    Les commentaires sont fermés.