• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • DANIEL SPAGNOU SOUHAITE QUE LE DEBAT SUR LA TAXE CARBONE N’OCCULTE PAS LES PRODUITS IMPORTES.


    Le jour où Michel ROCARD rend ses propositions, le député SPAGNOU tient à rappeler qu’il soutient les mesures permettant de changer les habitudes de consommation d’énergies génératrices de gaz à effet de serre et de lutter contre les formes de gaspillage, mais ne veut pas que la taxe carbone soit un énième impôt supporté uniquement par les entreprises ou par les ménages français notamment ruraux qui ont moins accès aux modes de transport alternatifs et collectifs sans que l’on prévoit un système de compensation « chèque vert » et surtout que l’on prenne en compte les produits importés provenant des pays plus pollueurs et sans normes de protection environnementale.

     

    Daniel SPAGNOU cite un extrait du discours du Président de la République prononcé devant la Conférence Internationale du Travail en juin dernier à Genève :

     

    « …Les dumpings qu’ils soient monétaires, sociaux ou environnementaux ne doivent pas être regardés seulement comme des distorsions de concurrence qui provoquent des manques à gagner pour les entreprises qui les subissent. Ils sont aussi à l’origine de coûts sociaux et humains considérables…

    Je ne laisserai pas faire subir à la taxe carbone le sort que l’on a fait subir par le passé au débat sur la taxation de la spéculation. Parce que la taxe carbone c’est la condition d’une concurrence loyale et d’un effort partagé pour sauver la planète.
    Je veux le dire, il y a urgence à poser cette question et à y répondre si l’on ne veut pas avoir à choisir demain entre le libre échange et la lutte contre le réchauffement climatique, ce qui serait proprement absurde. »

    Les commentaires sont fermés.