• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • L’USINE DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE DU SOLEILHET AMELIORE SANS CESSE LA QUALITE DE SON EAU POTABLE

    Visite Station eua potable Soleihlet (6)

    Lundi 28 septembre, Monsieur Daniel SPAGNOU, maire de Sisteron, Jean-Pierre TEMPLIER, premier adjoint, Bernard CODOUL, adjoint à l’urbanisme, Michel AILLAUD, conseiller municipal délégué aux travaux, Marcel BAGARD, conseiller municipal délégué aux appels d’offres, Jean-Charles MINETTO, directeur des services techniques et Madame Elise PHILIPPE, directrice du service des eaux, faisaient la présentation des travaux de réhabilitation des deux débourbeurs et du décanteur de l’usine de production d’eau de Soleilhet.

    L’usine de production d’eau de Soleilhet produit près de 90% du volume d’eau nécessaire à l’alimentation du réseau AEP de la commune de Sisteron. Cette usine permet également de fournir de l’eau brute (eau débourbée) destinée à l’usage exclusif à l’usine Sanofi.

    La réhabilitation était devenue une nécessité technique, car l’usine de Soleilhet a été construite au tout début des années 80. Elle est la ressource principale de la commune de Sisteron avec une production moyenne d’environ 700 000 m3/an entre 2011 et 2013. Entre 2005 et 2009, le volume d’eau potable produit était supérieur 1 000 000 de mètres cube par an. La commune a nettement amélioré le rendement de son réseau de distribution depuis 2010 ce qui a permis de nettement diminuer les volumes produits par l’usine d’eau potable.

    Néanmoins, après plus de trente ans de fonctionnement, l’usine de Soleilhet présentait logiquement un état de vieillissement important notamment au niveau des ouvrages de tête à savoir les débourbeurs (eau potable et eau brute) et le décanteur eau potable. La réhabilitation de ces ouvrages était donc nécessaire et devenait urgente.

    Outre l’aspect technique, la réhabilitation des ouvrages était nécessaire pour assurer la sécurité des agents d’exploitation. En effet, l’état d’usure des structures était tel qu’il n’était plus possible d’accéder à l’intérieur des débourbeurs et dangereux de travailler en surface des 3 ouvrages (débourbeurs et décanteur). De plus, la réduction du nombre de nettoyage des filtres à sable (très sollicités puisque les ouvrages amont étaient devenus non performants) permettra de réduire la consommation d’eau de lavage et réduira le prélèvement dans le milieu nature. La consommation électrique sera également moindre si la fréquence des lavages est réduite. Le coût du projet est de, 165 000 euros HT pour le débourbeur et décanteur eau potable et de 94 737 euros HT pour le débourbeur eau brute.

     

     

    Les commentaires sont fermés.