• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • Une plume Sisteronaise au service de la Science Fiction

    week-end-3008-133.jpg

    La cité du romancier, conteur et poète Paul ARENE est toujours prête à accueillir les gens d’écriture qui exercent leur talent dans n’importe quel domaine littéraire. Après l’écrivain Pierre MAGNAN, le poète Gaston MERCIER et Franz Olivier GIESBERT, auteur et directeur du journal « Le Point », il était tout à fait naturel que l’enfant du pays, Norbert MERJAGNAN, soit reçu à l’Hôtel de Ville après la sortie de son premier roman « Les Tours de Samarante ». Fils de Benoîte et de Raymond MERJAGNAN, ancien Radiologue bien connu, Norbert est né à 1968 à Sisteron. Après dix années passées au siège parisien d’un grand établissement financier, ce diplômé de Sciences Po décide de tout lâcher « par choix de vie, choix de maturité peut-être », pour s’installer avec sa famille dans la région nantaise où il est Conseiller Municipal de sa commune. L’écriture est une passion qui remonte à l’enfance, une passion mais aussi un besoin dont il dit : « Je n’écris pas forcément par plaisir, c’est un besoin. Je ne peux pas faire autrement. Il y a des histories que j’ai, je ne sais pas d’où elles viennent. Je dois les écrire, sans cela, elles me parasitent. Les scènes que je décris, je les ai vues. C’est comme ça que je fonctionne visuellement. C’est comme un rêve que je tente de transcrire, sauf qu’il ne s’enfuit pas. Il reste et il me permet juste de trouver les mots qui soient aussi proches que possible de sa réalité. La vue est le sens premier de presque tout ce que j’écris. Ce premier livre terminé, son cheminement ne sera pas banal, c’est par la Poste qu’il arrive aux Editions DENOËL et si ce genre d’envoi n’a d’ordinaire pas d’écho, ce roman est remarqué par Gilles DEMAY qui accepte de le publier dans la Collection « Lunes d’Encre ». A sa sortie, les critiques parlent, certes, de défaut d’un premier ouvrage, mais aussi et surtout de qualités d’un bon premier roman, de style percutant, de maîtrise de la langue, d’audace, de témérité, de personnalité. Pour le jeune auteur, le rêve s’est concrétisé et se poursuit même au-delà, puisque « Les Tours de Samarante » a été récemment nominé avec quatre autres ouvrages, pour le Prix Européen des Utopiales qui sera attribué début Novembre 2008. Ce roman de science-fiction, illustré par MANCHU, compte 304 pages. Il est le premier d’une trilogie dont Norbert MERJAGNAN est en train d’écrire le deuxième volume. Norbert MERJAGNAN se disait très touché par l’accueil chaleureux de Daniel SPAGNOU reçu à la Mairie d’une ville qu’il a quitté à 18 ans, ville de son enfance qui influence en grande partie ses écrits.

    Les commentaires sont fermés.