• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • LA FORET COMMUNALE DE SISTERON REBOISEE

    photo-panneau-foret-domaniale-de-sisteron-1.JPGLa forêt communale de Sisteron couvre 318 hectares, répartis majoritairement sur le Massif du Molard, de La Baume, de Chappage et Châtillon sur la Commune de Ribiers.

    En 2007, ce sont 57.000 Euros T.T.C. qui ont été investis pour son entretien et son reboisement.

    Après l’incendie qui, en 2001, a détruit une grande partie de sa surface, des plantations régulières ont été effectuées pour le reboisement de La Baume. En 2007, 2.000 cèdres de l’Atlas ont été plantés et 1.000 protections d’arbre installées – coût de l’opération : 11.000 Euros. Le reboisement  de ce massif est maintenant achevé.

    25.000 Euros ont été destinés à l’entretien des sentiers piétonniers, du Chemin du Molard ; au nettoyage et au débroussaillage des aires « touristiques » (Val Gelé, Citadelle, Les Combes, sous cimetière, …).

     Enfin, 21.000 Euros ont permis d’entretenir les pistes forestières, les plantations réalisées au cours des vingt dernières années. Des délimitations de parcelles ont, entre autres, également été effectuées. Depuis 2006, un plan d’aménagement forestier a été établi pour entretenir et régénérer la forêt domaniale ; un programme qui prendra fin en 2025. Les principales plantations de la forêt de Sisteron datent de la fin du 19ème siècle. Aujourd’hui, il faut prévoir son renouvellement. C’est l’un des objectifs principaux de ce programme. Cette année, le plan d’aménagement forestier va se poursuivre avec la régénération de parcelles, et des plantations d’essences d’arbres différentes de celles qui composaient la forêt jusqu’à ce jour, vraisemblablement avec des cèdres dont la qualité des essences est supérieure à celle du pin noir, avec une adaptabilité au milieu et climat équivalente.  C’est ainsi qu’en 2008 aura lieu le lancement d’une opération destinée à effectuer des trouées de régénération dans la forêt du Molard pour permettre de replanter, mais surtout pour favoriser la pousse des petits plans, « pépinière » d’une nouvelle végétation pour les générations futures.  Vendredi 19 Janvier 2008 

    Les commentaires sont fermés.