• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • SISTERON RETROUVE LES LETTRES DE MISTRAL


    Sisteroun

    Moun endré ! Lou ro, lou capeiroun

    E la clau de Prouvenço (Frédéric Mistral)

    Ce sont ces mots que chacun pourra lire désormais sur la plaque apposée à l’entrée Sud du tunnel, à Sisteron.

    Une plaque qui remplace celle qui était à l’origine sur la Porte du Dauphiné, et qui a été détruite il y a quelques 63 ans, aux heures sombres de l’histoire de Sisteron. Elle présentait, gravée dans la pierre que l’on croyait alors éternelle, les vers immortels que Frédéric MISTRAL, écrivain et fondateur du Félibrige, avait composé sur Sisteron.

    Comme le rappelait le Député Maire, Daniel SPAGNOU, dans son allocution : « le divin poète laissait transparaître dans la bouche « aufan de Sisteroun » répondant à la Reine Jeanne, tout l’attachement et la fierté qu’il ressentait pour Sisteron. « Moun endré ! »

    C’est à l’initiative de l’Association « Parlaren lis aup » qu’a été réalisée cette plaque rappelant aux passants les vers du poète car respecter la culture provençale, c’est également vouloir transmettre et perpétuer toutes ces valeurs dans l’esprit du Félibrige. Et c’est bien là la tâche que s’est assignée l’association qui vient de faire don à la ville de cette plaque, qui a été inaugurée Samedi 10 Novembre par Daniel SPAGNOU, de Jean-Pierre TEMPLIER Premier Adjoint, de Nicole PELOUX Adjointe à la Culture, en présence des membres du Conseil Municipal, des membres de l’Association « Parlaren lis aup », des groupes folkloriques l’Osco Manosco, le Quadrille Sisteronais et le groupe d’Oraison.

    Le Député Maire de Sisteron exprimait ses remerciements et sa gratitude aux initiateurs de cette manifestation ainsi qu’à Monsieur Michel BENEDETTO, Président de la Maintenance de Provence, pour la considération qu’il porte à notre ville et pour son amitié.

    « Comme MISTRAL, Paul ARENE vivait dans la vénération de cette Provence éternelle, indestructible, qui occupait leurs pensées et leurs cœurs, et qu’ils portaient comme une lutte ; lutte de la reconnaissance et de la défense de la langue provençale ; lutte au partage de la culture provençale. Cette culture d’Oc qui est le ciment de notre diversité culturelle. Etre de cette culture, c’est être enraciné dans son pays et dans son histoire… »

    Cette plaque en est toute la symbolique.

    Le 14 novembre 2007


    Les commentaires sont fermés.