• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • DES POMMES DU QUEBEC A LA POMME DES ALPES

    fabienne-thibeault-projet-de-cidre-de-glace-004.jpg

    C’est à la Maison de l’Entreprise du Parc d’Activités de Sisteron, que s’est tenue une conférence de presse pour présenter un produit, dont la fabrication n’est pas encore maîtrisée ni exploitée en France, et qui pourrait bien être un nouveau débouché pour les producteurs de pommes de notre terroir. Présenté par Fabienne THIBEAULT, accompagnée de Pierre-Etienne BOURGET du vignoble Le Nordet au Québec, en présence de Monsieur Daniel SPAGNOU, à la S.E.M. de Sisteron où ils étaient accueillis par Michel AUDRAN, Directeur, c’est un transfert de technologie du Québec à Sisteron qui pourrait voir le jour et aboutir à la fabrication d’un « cidre de glace, pomme des Alpes». Sous cette appellation de « cidre des glaces » se cache un procédé inspiré du vin de glace. Le cidre québecois n’ayant pas une excellente réputation, cette idée a germé dans l’esprit de Christian BARTHOMEUF, installé au Québec, et a donné ce nouveau produit qui s’est imposé et qui, en quelques années, a conquis les marchés européens (Allemagne, Espagne, Italie), mais aussi russes, chinois, et bientôt, américains. « Le cidre de glace »est un liquide à la robe d’un beau jaune doré, le « cidre de glace » est opulent en bouche, intense et d’une grande complexité qui évoque les vins de glace ou les Sauternes fins ; doté d’un équilibre exquis entre le sucre et l’acidité. C’est une boisson liquoreuse, tout à la fois légère et pleine d’envergure. Aujourd’hui, plusieurs entreprises québécoises le fabriquent et l’ont porté à son plus haut niveau. La Cidrerie Le Nordet, reconnue dans ce domaine, a décidé de relever un nouveau défi : produire des vins de qualité. Aussi, pour perpétuer leur expertise « cidre de glace » et transférer leur technologie en Europe, ils se sont mis à recherche une pomme certifiée, à laquelle ce type de produit pourrait apporter une originalité et une valeur ajoutée pour des prix inférieurs à ceux des produits importés du Québec. Ce produit typique du terroir alpin et préalpin trouverait ainsi sa propre dénomination, respectant ainsi que l’appellation « cidre de glace » réservée au produit du Québec qui bénéficie de « froid naturel». Convié à venir découvrir la production de pommes en 2007, à l’occasion de la 1ère Fête de la Pomme à Laragne, Pierre-Etienne BOURGET a demandé une sélection de pommes Golden de différentes parcelles, a pressé les fruits à Sisteron, ramené les jus obtenus au Québec. Puis il a procédé à la cryo-concentration (gel artificiel) et à l’élaboration du produit. Au cours de cette conférence de presse, les participants ont pu goûter le résultat de ce procédé de fabrication, créé à partir  de la pomme du bassin de la Vallée de la Durance, la pomme des Alpes, et chacun a pu apprécier ce breuvage. S’il pouvait être fabriqué, ici, ce serait une belle opportunité. L’adaptation d’une technologie de fabrication (celle utilisée au Québec) à l’utilisation du froid artificiel (pour nos départements alpins) induit que le produit obtenu ne s’identifierait plus par la méthode de fabrication, mais surtout par le fruit, sa qualité, son terroir, sa méthode de production « durable », son authenticité. Il s’agit donc de valoriser les pommes de rebut, dans la fabrication d’un produit « haut de gamme », et l’image de la Pomme Golden, Label Rouge, constitue une identité forte de qualité et d’authenticité », rappelait Fabienne THIBEAULT. La région qui sera productrice de cette « boisson », à forte valeur ajoutée, pourra le développer avec cette identité en offrant un rayonnement national et international à ses producteurs et à ses habitants. Le Vignoble Le Nordet, cherche un partenaire qui portera l’aspect financier relatif au démarrage du projet, et qui pourra être récipiendaire du transfert de connaissances qu’ils effectueront, relatif à la maîtrise du processus de fabrication pour en assurer la pérennité au niveau local. Il est bien évident que si nos départements alpins, qui génèrent annuellement de gigantesques volumes de pommes déclassées, ne se lancent pas dans cette aventure, d’autres saisiront l’opportunité de cette fabrication qui possède déjà ses adeptes avec la production de cidre de glace québécois déjà importé en Europe. Une notoriété bénéfique pour les producteurs, mais aussi bien sûr pour les clients actuels qui pourrait acquérir un produit haut de gamme, à un coût plus faible compte tenu de la proximité de la production. La création d’un cidre de glace avec la Pomme des Alpes est un défi lancé aux producteurs de notre terroir.  

    Les commentaires sont fermés.