• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • MOTION DU COMITE DE VIGILANCE ARKEMA

    conseil-general-2.JPG

    Le comité de vigilance ARKEMA réuni le 30 octobre 2008 a analysé les conclusions des rapports d’expertises demandés par les représentants du personnel dans le cadre du droit d’alerte et présentés lors du Comité Central d’Entreprise du 6 octobre 2008. Ces documents traitent des résultats du pôle produits vinyliques du groupe ARKEMA et du bilan du plan de consolidation présenté début 2005. Considérant que le plan de consolidation avait pour but de rendre durablement compétitives les activités du pôle et que le principal site concerné était celui de Saint-Auban avec la volonté de le pérenniser par un investissement global de 35 M€ en le spécialisant autour des PVC de spécialités et des solvants chlorés (T111), Considérant que les derniers équipements prévus dans le plan comme la nouvelle électrolyse démarreront seulement en novembre 2008, Considérant que le plan de sauvegarde de l’emploi s’est soldé fin 2007 par la suppression de 660 emplois directs et indirects sur le site de Saint-Auban dont 355 chez ARKEMA et le solde dans les entreprises sous traitantes, Considérant l’échec de la stratégie d’entreprise mise en place à travers ce plan qui se traduit par une situation préoccupante dans le domaine des pâtes(PVC micro-suspension) du fait d’une absence d’anticipation des récentes variations de parité euro / dollar et par des marges de manœuvre réduites dans les copolymères liées à la chute de la production de film PVC en Europe, Considérant enfin que l’expertise signale que la direction travaille à un nouveau plan de restructuration et notamment à l’arrêt définitif de l’atelier PVC Copolymères à Saint-Auban, Demande  Que les engagements pris en 2005 par Total pour maintenir l’emploi sur le site soient tenus, notamment par la mise en place d’une stratégie industrielle propre au maintien de tous les emplois actuels et par la création de nouvelles unités de fabrication et non la fermeture d’ateliers existants, D’annuler toute procédure de mise en place d’un second plan de sauvegarde de l’emploi alors que le premier est toujours présent dans l’esprit de tous dans les Alpes de Haute Provence.  

    Les commentaires sont fermés.