• Blog/Actualités
  • Votre Maire
  • La circonscription des Alpes de Haute Provence
  • Documents
  • Contacts
  • Archive pour mars 2013

    LE CENTRE COMMUNAL D’ACTION SOCIALE DE SISTERON MOBILISE COMME JAMAIS

    mercredi 20 mars 2013

    bilan-ccas.jpg

    Daniel SPAGNOU Maire, Christiane TOUCHE Adjointe aux Affaires Sociales, Laurence JULIEN Conseillère Municipale Déléguée aux Personnes Agées, et Chantal VICENTE Directrice du CCAS, ont dressé le bilan d’activités 2012 du Centre Communal d’Action Sociale.

    L’accueil général a été de 5.320 personnes dans l’année et 69 familles en grandes difficultés ont été aidées. Ces aides représentent un montant de 15.846 euros.

    Beaucoup de personnes âgées connaissent des temps difficiles, mais aussi des « travailleurs pauvres », des jeunes en recherche d’emploi et des familles monoparentales.

     

     Du côté des services, le CCAS distribue des repas à domicile aux personnes âgées. Ce service a vu une réelle augmentation du nombre de repas portés, environ 60 par mois. Il permet d’apporter une aide aux personnes, mais permet aussi aux Visitandines, qui confectionnent les repas, d’avoir une ressource supplémentaire indispensable à son équilibre. Le CCAS envoie des auxiliaires de vies (au nombre de 32) pour pas moins de 245 personnes aidées. Il distribue gratuitement des livres au domicile des personnes qui ne peuvent plus se déplacer (une dizaine de personnes bénéficie de ce service actuellement). Il installe et effectue gratuitement la maintenance des systèmes de télé assistance pour les personnes seules, isolées et malades. Il fait fonctionner une crèche familiale où 10 assistantes maternelles sont

    employées pour garder une trentaine de jeunes enfants à leur domicile. La participation des familles étant indexée sur leurs ressources. Ce service a coûté 79.397,87 euros pour 2012.

     

    Le CCAS aide aussi diverses associations qui oeuvrent pour les personnes en difficulté. Notamment avec l’aide à l’installation par l’achat du local (130.000 euros) et des travaux pour l’épicerie sociale qui a permis à un grand nombre de famille sisteronaise de « soulager » leur budget « courses » et ainsi de faire face aux difficultés financières dans lesquelles elles se trouvent. Les Restes du Coeur ne sont pas oubliés par le CCAS qui loge cette association dans un local qu’il loue et met gracieusement à sa disposition – L’AGOC qui vient en aide aux jeunes enfants par l’aide aux devoirs et qui fait un gros travail en ville et sur le quartier de Beaulieu est aussi soutenu par le CCAS – Le CLIC est aussi soutenu par le CCAS pour son travail auprès des personnes âgées – Le CCAS abonde aussi au Fond Social pour le Logement au niveau départemental et au Fond d’Aide aux Jeunes. Toutes ces aides aux associations ont coûté pour l’année 2012 au CCAS 26.095,89 euros. Lire le reste de cet article »

    COUP DE PROJECTEUR SUR SISTERON : APRES « DES RACINES ET DES AILES », BIENVENUE à « MIDI EN FRANCE »

    lundi 18 mars 2013

    midi-en-france-1.jpg

    C’est au cours d’une rencontre début décembre, dans l’avion Paris-Marseille, entre Daniel SPAGNOU et Nathalie SIMON, présentatrice de télévision bien connue à Sisteron, puisqu’elle a été, en 1995   Marraine de la cérémonie des Vœux Sportifs, et en 2006, Marraine de la Foire-Exposition, qu’ a été évoquée la possibilité que l’émission de Laurent BOYER « Midi en France », soit tournée à Sisteron.

    Nathalie SIMON, qui est chroniqueuse de cette émission, en a parlé au producteur qui a tout simplement appelé le Maire et le projet de venir à Sisteron a ainsi vu le jour.

    Cette émission, véritable magazine de proximité, diffusée sur France 3 National, connaît un grand succès avec une audience réunissant jusqu’à 1.800.000 téléspectateurs. Présentée par Laurent BOYER, entouré de chroniqueurs,  c’est la culture de nos régions qui est mise à l’honneur avec de nombreux sujets culturels, touristiques, géographiques ; la gastronomie, le patrimoine ou encore l’histoire.

    Lundi 8 et Mardi 9 Avril prochains à 10 h 50, deux directs d’une heure seront réalisés depuis la Place de la Mairie où le plateau sera installé, et les émissions qui seront diffusées les mercredi, jeudi et vendredi suivants, seront enregistrées.

    A partir de 12 h 15 et chaque jour (du 8 au 12 avril), les chroniqueurs – Pierre BONTE, Vincent FERNIOT, Hélène BOUCHER, Nathalie SIMON, Jean-Sébastien PETITDEMANGE, Nathalie SCHRAEN-GUIRMA, Nathalie SIMON – Evelyne THOMAS – présenteront les divers reportages tournés tout au long de la semaine dernière à Sisteron et dans ses environs.

    C’est à cette occasion que Daniel SPAGNOU a rencontré l’équipe technique jeudi dernier, avant de les recevoir, avec tous les chroniqueurs et l’animateur, Laurent BOYER, en Mairie, Lundi 8 avril pour lancer cette semaine où Sisteron sera dans la lumière des médias dans « Midi en France ».

     

    UN DEPART PRECIPITE DU PREFET DES ALPES DE HAUTE PROVENCE

    mercredi 13 mars 2013

    spagnou-papaud-2.jpg

    Je suis stupéfait par ce départ aussi précipité qu’incompréhensible. A peine un an après son arrivée dans notre département, ce grand serviteur de l’Etat nous quitte, alors que la vraie utilité de l’Etat ne peut s’inscrire que dans une relative durée et stabilité de leurs représentants. Ces derniers ne peuvent pas être baladés au gré des influences parisiennes car ce sont nos territoires qui en pâtissent les premiers. Je rends hommage à l’excellent travail entrepris par Michel Papaud dans notre département, à son écoute et sa proximité avec élus, qui le reçoivent une fois de plus, au moment où je m’exprime, dans le cadre de l’Association des Maires du 04 que je préside.

    Daniel Spagnou

    Maire de Sisteron, Ancien Député

    Président de l’Association des Maires du 04

    Fait à Sisteron, le 13 mars 2013

    LES FEMMES SISTERONAISES A L’HONNEUR

    mercredi 13 mars 2013

    048.JPG

    Vendredi 8 mars dernier, le Maire de Sisteron, Daniel SPAGNOU, et son Conseil Municipal, avaient convié les sisteronaises pour une sympathique réception dans le cadre de la Journée Internationale des Droits de la Femme.

    Comme de coutume, cette manifestation a permis de mettre sur le devant de la scène 9 femmes que le Maire avait souhaité distinguer, dont il retraçait le parcours : Mesdames Paulette REYNAUD, Jacqueline TÊTRE, Dominique BAILLY-CONTIOS, Jacqueline PESTRE, Nicole CIRIER, Soria KHENICHE, Roselyne DEHILI, Magali AUBERT et Ginette PERGE.

    C’était aussi l’occasion pour Daniel SPAGNOU de  rappeler que l’on oubliait trop souvent que les femmes n’ont rien à envier aux hommes : créatrices, inventives, téméraires, elles ont fait avancer la condition féminine sans pour cela posséder un égocentrisme démesuré, pas plus qu’une soif de reconnaissance. Il rappelait la première femme médecin, la première femme à se présenter au baccalauréat, la première féministe, la première avocate, la créatrice du service de protection maternelle et infantile, Clara Zetkin, enseignante journaliste et femme politique, aussi, qui fit la proposition de créer « La journée internationale de la femme, eu vue de servir le droit de vote des femmes. Un droit qu’elles obtiendront en Allemagne en Novembre 1918 ; un droit qu’elles exerceront en France pour la première fois en Avril 1945 grâce au Général de Gaulle ; en Suisse, elles l’obtiendront en 1971 seulement. Le 8 mars aujourd’hui représente plus de cent ans de lutte pour l’égalité, la justice, la paix et le développement.

    « Il reste encore beaucoup à faire pour que la parité soit réelle, pour que l’égalité entre les hommes et les femmes soit effective, pour que les femmes, où que ce soit dans le monde, soient tout simplement respectées » ajoutait-il avant de conclure son allocution par ces mots « Mesdames, ces tranches de vie, de vos vies de femmes, sont toutes différentes, mais ont pourtant en commun la volonté, la générosité, la sérénité. Pour moi, vous êtes toutes des exemples pour la jeunesse, des modèles à suivre.

    Mesdames, vous rendre hommage c’est aussi rappeler qu’il n’y a pas que de grands hommes qui ont fait avancer notre pays, notre société. Il est des femmes qui ont largement contribué à son évolution. Il en est une d’ailleurs, qu’on a souvent raillée. Et pourtant, elle a marqué son temps et l’image des femmes de la société.

    C’est Marilyn Monroe, qui disait : « Je ne me soucie pas de vivre dans un monde d’hommes si je peux y être une femme »

    Pour marquer cette Journée Internationale des Droits de la Femme, Daniel SPAGNOU a remis à chacune d’entre elles la Médaille d’Honneur de la Ville ainsi qu’un magnifique bouquet de fleurs. Après l’apéritif qui clôturait la cérémonie, toutes les femmes de l’assistance repartaient chacune avec une rose.

    SISTERON EXPRIME SON SOUTIEN AU PEUPLE TIBETAIN

    mercredi 13 mars 2013

    085.JPG

    en présence de Chimié ANISTANG, Réfugié

    Samedi dernier, la Ville de Sisteron a organisé une cérémonie de soutien au peuple tibétain, comme elle le fait chaque année. Dans son allocution, Daniel SPAGNOU, rappelait l’importance de cette cérémonie officielle qui met en exergue l’oppression chinoise au Tibet qui est toujours plus forte. « Car, les années passent et malheureusement, la situation est immuable au tibet, où le peuple souffre toujours de l’oppression chinoise. Une situation tragique que nous voulons dénoncer à notre manière et qui, le 10 mars de chaque année, nous conduit à nous réunir ici, au pied de l’hôtel de ville, sous le drapeau tibétain, pour une action de soutien envers ce peuple éprouvé. Chaque jour, les droits de l’homme sont bafoués dans ce petit pays, ne laissant entrevoir aucune issue qui leur permette d’envisager un avenir serein. L’oppression se fait plus intense et les mesures répressives se sont encore accrues, en particulier, dans la zone du monastère du Kirti dans la province du Sichuan. Les policiers y patrouillent et en interdisent l’accès. Les médias sont muselés.

    Depuis 2011, les tibétains, qui se sont exprimés en demandant le respect de la liberté de pratiquer leur religion, se sont vus emprisonnés, interrogés, torturés, et condamnés à de lourdes peines de prison. Le désespoir est tel que, vous le savez, des moines se sont immolés par le feu l’année dernière et que, depuis cette date, on dénombre 50 immolations. Le désespoir du peuple tibétain est bouleversant, ces immolations par le feu sont autant d’appels aux secours à tous les peuples, mais il semble qu’ils restent sans écho. Aujourd’hui, les moines et les nonnes ne sont plus les seuls à se faire une telle violence pour que l’on s’intéresse à leur peuple et qu’on leur vienne en aide : ce geste est aussi celui de civils dont certains sont encore des adolescents. Cette forme de résistance est la seule qui leur reste accessible et ils préfèrent choisir la mort plutôt que de continuer à subir cette peur qui ne les quitte pas, cette vie qui n’est faite que d’intimidations, de suspicion,… une vie de terreur.

    Pékin, lui, considère cela comme un acte de terrorisme et s’enfère dans ce qu’il juge être les clés de la paix et de la sécurité au Tibet : c’est-à-dire, l’utilisation de la force, et la guerre. Une fois encore le peuple tibétain nous interpelle, nous fait part de sa douleur… »

    Il rappelait l’attachement de la France à ce peuple tibétain et son engagement contre la disparition programmée du peuple tibétain. Il rappelait également que les Associations «  France Tibet » et « Buddhaline » ont demandé aux parlementaires de s’engager auprès de la chine pour la reprise du dialogue et la cessation de la violence : « en tant que signataire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et de la Déclaration Universelle de 1948, nous n’avons pas le droit de laisser faire. Nous avons une responsabilité qui dépasse nos frontières, une responsabilité universelle », dit encore Marcelle Roux de l’association France-Tibet. Tous les pays qui jouissent d’une démocratie doivent lutter pour le droit de tous d’y avoir accès, pour que la violence cesse et qu’enfin, les tibétains soient respectés, dans leur identité culturelle et religieuse, dans le respect des droits de l’homme. Oeuvrer en ce sens, c’est œuvrer pour le respect du droit de tous les peuples et nations à préserver leurs propres caractères et les valeurs distinctives », déclarait le Maire de Sisteron avant que ne soit hissé le drapeau tibétain, flottant en totale liberté sous le ciel de Provence.

    Malheureusement retardé, Monsieur Chimié Anistang, jeune réfugié tibétain installé aujourd’hui dans les Hautes-Alpes, est arrivé à l’issue de la cérémonie à laquelle il avait souhaité prendre part. Il a néanmoins pu rencontrer Monsieur le Maire à qui il a confié ne pas perdre l’espoir de rentrer un jour dans son pays. Chimié Anistang, qui a grandi sur les sentiers suspendus du Kham, une région sauvage à l’ouest de Sichuan, est en fuite depuis six ans. Lui et sa famille sont des victimes de l’oppression qui s’exerce au Tibet et sa présence ici, ce samedi, ne donnait que plus de poids à ce témoignage de soutien de la Ville de Sisteron.

    6 AGENTS COMMUNAUX PRENNENT LEUR RETRAITE

    mercredi 13 mars 2013

    025-recadree.jpg

    Il y avait beaucoup de monde, Lundi soir, dans les salons de l’Hôtel de Ville, où une manifestation était organisée à l’occasion du départ à la retraite de Guy PAGLIANO, Secrétaire Général des Services, de Maria BAGARD, Nicole NOBLE, Ghislaine ORTEGA, Danièle et Alain PASTOR.

    Dans son allocution, Daniel SPAGNOU remerciait chacun d’entre eux d’avoir participé à la vie communale à travers leurs parcours professionnels respectifs, chacune et chacun ayant été un maillon indispensable de cette chaîne qui permet à une Municipalité et à son Conseil Municipal de répondre aux besoins des concitoyens, de faire fonctionner les rouages de la commune, qu’ils soient administratifs, techniques, sociaux ou culturels.

    Puis le Maire retraçait le parcours de chaque nouveau retraité.

    – Nicole NOBLE, 1er novembre 2005, en qualité d’agent d’entretien. Elle a assuré divers remplacements au sein du restaurant scolaire ainsi que la surveillance des expositions pour le service culture. Cette femme dynamique, travailleuse, sérieuse, toujours prête à rendre service, est un exemple pour les jeunes.

    – Maria BAGARD est  entrée en qualité d’agent social au Centre Communal d’Action Sociale de Sisteron en 2000, elle est recrutée en Septembre 2002 pour le poste de responsable du restaurant scolaire. 

    – Ghislaine ORTEGA en 2001, elle rejoint la crèche familiale dont elle deviendra Directrice et contribuera, par ses qualités professionnelles et personnelles, son sens du commandement et son dévouement sans faille, à faire de la crèche halte-garderie de Sisteron.                                                                        

    – Danièle et Alain PASTOR exercent des vacations au sein de la commune ; « anges gardiens des écoles », ils sont chargés d’assurer la sécurité des enfants à l’heure d’entrée et de sortie des écoles en tant que contractuels et viennent de participer au recensement de la population.

    – Guy PAGLIANO postule en 1983, pour le poste de Secrétaire Général à la Mairie de Sisteron où il s’implique tout particulièrement dans la gestion immobilière et foncière de la commune. Il a également un rôle important de conseil juridique dans tous les autres domaines de compétence de cette administration. En parallèle de ses fonctions communales, il a assuré le secrétariat du SMITOM, de l’Association Syndicale des Arrosants (ASA) de Ribiers pendant de nombreuses années. Il a également été un membre très actif au sein de l’association départementale des Secrétaires Généraux de Mairie.

    Monsieur SPAGNOU lui rendait un hommage tout particulier en rappelant :  “Guy PAGLIANO est à mes côtés depuis mon premier mandat, et j’ai pu apprécier, tout au long de ces années, la compétence, l’intégrité d’un homme au caractère bien trempé, et doté d’un sens incontestable du travail bien fait. C’est aussi un homme d’un courage exemplaire qui a dû faire face à la maladie pendant de longs mois et nous sommes heureux de le voir ce soir, en pleine forme” déclarait Daniel SPAGNOU, avant de lui remettre la Médaille Or de la Ville de Sisteron.

    Avant de lever le verre de l’amitié,   Daniel SPAGNOU souhaitait à Danièle PASTOR, Maria BAGARD, Nicole NOBLE, Ghislaine ORTEGA, Alain PASTOR et Guy PAGLIANO, une longue et heureuse retraite, bien méritée après tant d’années de travail.

    Citant une phrase de Grégoire LACROIX : “Le seul temps vraiment perdu est celui qu’on passe à regretter les occasions manquées« , il les invitait à profiter pleinement de cette nouvelle vie qui s’offre à eux.

    TOURNOI ET CONVIVIALITE AU BILLARD-CLUB

    mercredi 13 mars 2013

    088.JPG

     

     

    Le billard-Club Sisteronais a organisé son tournoi interne annuel, suivi d’un repas, dans une ambiance amicale et sportive.

     Monsieur Daniel SPAGNOU, Maire, a tenu à témoigner son amitié et son soutien au billard-club en venant les rejoindre.

    LA FETE DES GRANDS-MERES SISTERONAISES

    mercredi 13 mars 2013

    dscn8985.JPG

    Dimanche 3 mars, à l’occasion de la Fête des Grands-Mères, Daniel SPAGNOU Maire, Christiane TOUCHE Adjointe aux Affaires Sociales, Laurence JULIEN Conseillère Municipale déléguée aux Personnes Agées, et Chantal VICENTE Directrice du C.C.A.S., se sont rendus à l’Unité d’Hébergement pour Personnes Agées du CHICAS de Sisteron.

    Accueillis par Laurence VALENCOURT, Cadre de Santé, représentant le Directeur Gérard DALMASSO, ils ont souhaité une Bonne Fête aux résidentes de la Maison de Retraite et du Moyen Séjour en remettant une composition florale dans chacun de ces services.

    Les élus se sont rendus ensuite à la Résidence pour Personnes Agées “Les Visitandines pour souhaiter, là-aussi, une Bonne Fête aux résidentes.

    LES MAIRES DU DEPARTEMENT RECUS A CADARACHE POUR UNE VISITE DU SITE D’ITER

    mercredi 13 mars 2013

     

    158.jpg

    Ils étaient plus de cinquante maires venus de tout le département qui entouraient le Président Daniel SPAGNOU pour visiter l’immense chantier du projet ITER.

     

    Monsieur MOTOJIMA, Directeur Général d’Iter Organization accueillait les élus avec à ses côtés Monsieur Jérôme PAMELA, Directeur de l’Agence Iter France. Monsieur SPAGNOU devait au nom des maires, remercier M. MOTOJIMA pour son accueil et se faire l’interprète de ses collègues pour se réjouir que ce projet d’avenir soit facteur d’emplois et de richesse fiscale pour notre département.

     

    Monsieur MOTOJIMA, dans l’immense salle de conférence et devant un écran géant où défilaient les diverses étapes du projet commentait en détail le projet scientifique qui emploie déjà plus de 500 personnes issues d’une trentaine de pays.

     

    Monsieur MOTOJIMA indiquait que le chantier ITER connaîtra un pic d’activités à l’horizon 2014 – 2015 et au moins jusqu’en 2017 lors de la phase d’assemblage de la machine qui mobilisera sur le site 3.500 ouvriers techniciens et ingénieurs.

     

    M. Jérôme PAMELA, Directeur de l’Agence ITER France faisait un exposé sur l’accueil du projet, les retombées et les enjeux.

     

    Il signalait que depuis 2007, 1420 millions d’€uros de contrat de prestations et travaux ont été attribués à les entreprises implantées en France dont 927 millions d’€uros pour la Région PACA et 29 Millions d’Euros pour le département des Alpes de Haute Provence.

     

    Le chantier ITER c’est :

     

              Plus de 3000 salariés présents simultanément sur le chantier

              Entre 1 500 et 2 000 places d’hébergement à anticiper.

     

    Après une visite du chantier en autocar, les maires se sont retrouvés au château de Cadarache pour un succulent repas en présence du Directeur Général.

    42 ANS AU SERVICE DE LA COLLECTIVITE

    mercredi 13 mars 2013

    medailleds2.JPG

    Le Maire de Sisteron, Daniel SPAGNOU reçoit la Médaille Régionale, Communale et Départementale

     C’est une belle et émouvante cérémonie officielle qui s’est déroulée lundi 11 mars dans les Salons de l’Hôtel de ville où a eu lieu la remise de la Médaille Régionale, Départementale et Communale, à Monsieur Daniel SPAGNOU, Maire de Sisteron.

    Au côté des nombreuses personnalités – parmi lesquelles le Sénateur DOMEZEIL, le Conseiller Général Claude BREMOND, le Maire de Château-Arnoux, le Maire de Laragne et le Maire de Ribiers, les Maires de la Communauté des Communes du Sisteronais dont M. SPAGNOU est également Président –  le Père CAZE, Curé de Sisteron, employés communaux, amis et parents, sans oublier les dames Harkis et les représentantes de la Communauté musulmane présents dans la salle, étaient venus lui témoigner leur sympathie, leur amitié, leur reconnaissance.

    Le Préfet des Alpes de Haute Provence, Michel PAPAUD, retenu au dernier moment à Paris, était représenté par le Secrétaire Général de la Préfecture, Rodrigue FURCY et le Sous-Préfet, François AMBROGGIANI.

     Ce 11 mars était aussi le jour anniversaire de la première élection de Daniel SPAGNOU en tant que Maire, et c’est Jean-Pierre TEMPLIER Premier Adjoint qui rappelait au cours de son allocution, les trente années de travail en commun et l’amitié nouée au cours de ces décennies avec le Premier Magistrat. Il remerciait Monsieur le Maire de son entière confiance, reconnaissant avoir beaucoup appris à ses côtés lors de ces années au service de cette ville « qui t’a adopté et que tu as transformé en joyau de la Haute Provence », a-t-il ajouté.

    Daniel SPAGNOU prenait la parole en remerciant chaleureusement Jean-Pierre TEMPLIER « fidèle parmi les fidèles », et tous ceux qui étaient présents

      « J’ai voulu que cette cérémonie soit simple, et je sais que je déçois beaucoup de sisteronais qui auraient sans doute voulu y participer pour me témoigner leur sympathie. Mais, en temps de crise, inviter mille personnes à l’Alcazar aurait été indécent. Et j’ai préféré donner un caractère plus modeste à cette cérémonie que je dédie à l’ensemble des sisteronais et surtout à ceux qui souffrent et qui sont dans le besoin.

      Merci pour les très nombreux messages que je reçois tous les jours de ma grande famille sisteronaise ; des témoignages que je sais sincères, car j’appartiens un peu – et peut-être pour certains, beaucoup à leur vie.

      Merci Jean-Pierre, le fidèle parmi les fidèles ! Trente ans de collaboration, de travail, d’amitié, et je mesure que cela n’a pas toujours été facile d’être le second d’un maire perfectionniste, tatillon, « emmerdeur » (il faut bien le dire !), qui a toujours fait passer l’intérêt des administrés en priorité. Un maire qui a toujours fait de l’abnégation et de l’engagement quotidien auprès des sisteronais, la règle de fonctionnement du conseil municipal.

      Sache, Jean-Pierre, que je t’apprécie beaucoup et que je te dois beaucoup. Nous avons été, durant ces trente années, complémentaires l’un de l’autre, et nous n’avons jamais eu une seule dispute car nous avons toujours privilégié le dialogue, la concertation, le respect l’un envers l’autre. Merci Monsieur le Secrétaire Général d’être venu ce soir me remettre cette distinction qui, en fait, couvre 42 ans, sans interruption, de mandat électoral, puisque j’ai été élu pour la première fois à barcelonnette, en 1971.

      Monsieur le secrétaire général, je ne pouvais imaginer un instant recevoir cette médaille de quelqu’un d’autre que du représentant de l’état, que j’ai toujours respecté – quelle que soit la majorité qui gouverne – en bon républicain et démocrate que je suis. Comme je respecte nos institutions, car elles sont les garantes de nos libertés et de la cohésion de notre pays.

      Et puis, je me félicite des liens de confiance qui se sont tissés entre nous depuis votre arrivée dans le département, que ce soit avec le député que j’étais, mais aussi comme président de l’Association des Maires que je suis encore. Il y a trente ans, jour pour jour, j’étais élu dans cette salle, maire de Sisteron, succédant à des hommes de grande valeur comme messieurs Paret, Fauque, Lanza, Roman. 30 ans qui ont passé si vite, trop vite, tellement la tâche fut rude et passionnante.

      Je ne vous remémorerai pas – ce serait trop long – mon histoire avec Sisteron. Le livre que j’ai écrit, et qui fut à mon grand étonnement un succès de librairie, a retracé cette histoire extraordinaire que j’ai vécue à barcelonnette, puis à Sisteron. Mais, durant 30 ans, il s’est passé beaucoup de choses. la société a évolué, pas toujours dans le bon sens.

      En 1983, on respectait trois personnes dans une commune : le curé, l’instituteur, le maire.

      Aujourd’hui – et on ne peut que le regretter – on ne respecte plus personne. Notre société, et nous en sommes tous responsables, est devenue égoïste, repliée sur elle-même et éclatée en petits intérêts particuliers. C’était beaucoup plus facile de gérer une commune il y a trente ans qu’aujourd’hui. Mais la flamme est toujours là ! Je n’ai pas changé.

      Je reste attaché aux mêmes valeurs qui m’ont construit : le travail, la confiance, le respect et la famille. Et je n’oublie pas : ils sont là, dans mon cœur, celles et ceux qui m’ont poussé, aidé à me présenter au suffrage universel, à barcelonnette et ici.

      J’ai bâti ma carrière politique sur le mot « confiance » et je dois dire, avec le recul, que je n’ai jamais été déçu.

      Je ne remercierai jamais assez les sisteronais qui m’ont accueilli les bras ouverts, me connaissant pourtant très peu en 1983. Ce sont eux qui m’ont fait gravir les échelons : Maire, vice-président du conseil général, vice-président du conseil régional, puis député.

      Sans eux, sans cette belle histoire qui nous unit, sans cet attachement indéfectible que nous partageons et sans cette confiance réciproque, je n’aurais pas pu franchir toutes les barrières et relever les défis de l’engagement public et de la représentation républicaine. Mais les sisteronais savent qu’ils font partie de ma famille et de ma vie.

      J’ai tellement partagé leur joie mais aussi leur peine, et ils m’ont tellement donné quand le malheur s’est abattu sur ma famille, au décès de mon épouse que, désormais, des liens puissants nous unissent. Ceux que j’ai mariés il y a trente ans me demandent maintenant de marier leurs enfants, que j’ai vu naître et grandir.

      Dans ces trois décennies, j’ai eu la chance, grâce à vous, de côtoyer des personnalités connues. Jamais, ô grand jamais ! Je n’aurais imaginé rencontrer la reine d’Angleterre et bien d’autres chefs d’état, ni recevoir deux présidents de la république : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ! Sans oublier ce moment extraordinaire à Fidenza, quand j’ai eu l’immense privilège de rencontrer le pape Jean-Paul II, pendant deux heures. Jamais je n’aurais imaginé aller 24 fois à l’Élysée en 10 ans sous la présidence de jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ! Jamais je n’aurais imaginé que le Président Mitterrand m’accorderait le mérite national et que le président Chirac accrocherait à ma boutonnière la légion d’honneur à l’Élysée !

      Pour l’enfant de l’Ubaye, issu d’une famille très modeste, l’histoire d’un jeune barcelonnette, venu de sa vallée et qui, à force de volonté, a tracé une belle route qu’il a voulu faire partager au plus grand nombre, c’est un peu un conte de fées ! Certes, j’ai beaucoup travaillé, beaucoup demandé à mes équipes. J’ai été très exigeant. Mais, sachez que tout ce que j’ai fait, je l’ai fait avec mon cœur, pour Sisteron, pour le progrès et pour le partage. Car le vrai respect que l’on doit à la vie, c’est d’abord la générosité dans l’effort et la créativité, le partage et l’enthousiasme, et un état d’esprit volontaire.

      J’ai eu la chance d’être entouré d’équipes au conseil municipal de grande qualité, qui sont tous devenus des amis, des collaborateurs dévoués, qui ne  m’ont jamais déçu, un personnel communal, souvent décrié à tort d’ailleurs, car soucieux du bien public et toujours prêt à rendre service. »

      Daniel SPAGNOU rendait un hommage très émouvant à son épouse trop tôt disparue, à ses fils, à sa belle-fille et à ses petits-enfants – la prunelle de ses yeux – car, a-t-il dit « il faut une famille soudée pour réussir sa vie d’élu ».

    013.JPG 

    Il concluait en déclarant qu’il aimait cette ville si rayonnante, au passé riche et douloureux, comme il aime ses habitants et que, plus que jamais, de magnifiques défis étaient encore à relever, de grands chantiers étaient à réaliser, et de belles missions à remplir : « la crise économique, sans précédent, que nous vivons, va impacter d’une façon terrible les collectivités. Les communes ont, comme jamais, besoin d’avoir des élus aguerris pour faire face aux difficultés, mais je suis persuadé que la France remontera la pente, car c’est un grand pays. Il faut se serrer les coudes, la politique politicienne, dans une période difficile, il faut qu’elle reste au vestiaire ! Comme je l’ai fait durant trente années, je continuerai, inlassablement, à travailler à la grandeur de Sisteron et pour les Sisteronais ».

    Rodrigue FURCY, Secrétaire Général de la Préfecture des Alpes de Haute Provence, lui remettait la Médaille Régionale Départementale et Communale, échelon Or, après avoir rappelé la carrière de Daniel SPAGNOU et souligné son parcours en tant que Président de l’Association des Maires des Alpes de Haute Provence.

     Avant la remise de cadeaux, M. GRIMAUD, directeur général des Services, évoquait les très nombreux messages d’amitié qui avaient été adressés à M. SPAGNOU et parmi eux, celui de Fabienne THIBEAULT chanteuse, et de lire celui de Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille : « Depuis ton élection à la Mairie de Sisteron en 1983, ton engagement au service du territoire n’a jamais faibli. Par ta compétence professionnelle et ton dévouement, tu as su marquer Sisteron et le Département de ton empreinte. De nos combats communs pour la création de l’autoroute A 51, à la défense de l’action des gouvernements précédents, notre amitié n’a jamais cessé de se renforcer et j’ai toujours apprécié de pouvoir compter sur ta réactivité et ta fidélité. En cette journée si particulière pour toi, je tenais à t’adresser ce message de félicitations et te redire tout ma considération et mon amitié. »

     Il terminait en faisant état de celui du personnel communal : « Parce que depuis trente ans, vous transmettez votre ferveur et votre énergie à ceux qui vous entourent ; parce que l’exigence que vous avez envers vous-même est celle qui pousse vos collaborateurs à donner le meilleur pour la ville ; aujourd’hui, Sisteron est véritablement à votre image ! Les agents municipaux que nous sommes, nous pouvons, sans aucun doute, être fiers de contribuer tous les jours, à cette merveilleuse alchimie. »